Notre histoire

L'origine des collections

L'histoire de la constitution des Collections, de la création de l'Association, et du projet de Mémoire d' école, passe pendant plusieurs années, par l'activité, très intense et diversifiée, de l'Annexe de l'Ecole Normale d'Instituteurs, implantée à Marseille sous l'autorité d'un Inspecteur-Professeur, plus particulièrement à partir des années 1980-1985.

- L'Annexe de l'Ecole Normale à Marseille, rue Eugène CAS.

Dans un premier temps l'idée de rassembler des objets ou des témoignages se rapportant à l'Ecole n'est pas apparue de manière construite et réfléchie.

La mise en place de l'Annexe de l'Ecole Normale s'est effectuée dans les locaux d'un Collège d'Enseignement Général ayant été reconstruit traverse de Gibraltar. Celui-ci était installé dans un ancien Groupe scolaire de la rue Eugène Cas, dans le quatrième arrondissement de Marseille.
Cette nouvelle implantation réalisée pour la rentrée scolaire de Septembre 1978, venait à la suite d'une précédente domiciliation à l'Ecole d'Application des Accoules, dans les anciens locaux du Collège de Jésuites, au coeur du quartier du Panier, non loin du Vieux-Port, à Marseille.

L'Annexe de l'Ecole Normale avait eu jusqu'alors, un parcours quelque peu sinueux puisqu'elle avait occupé des locaux dans le Collège du Vieux-Port après avoir été installée pendant quelques années dans le quartier de la Pointe Rouge, au bord de mer...
Quant à son activité essentielle, elle consistait à donner une formation initiale à de jeunes Instituteurs recrutés après le baccalauréat que l'on a désignés pendant longtemps sous le vocable de Suppléants. Cette formation durait six mois entrecoupés de stages pratiques en Classes d'Application.
Rue E. Cas, l'Annexe allait abriter un Service particulier, créé depuis peu, le CEFISEM, (Centre de Formation et d'Information à la Scolarisation des Enfants de Migrants).
Elle accueillerait, dans le même temps, des Stages dits de recyclage ou de Formation Continue, proposés aux Institutrices et aux Instituteurs pendant des périodes de trois ou six semaines.
Par la suite des stages de beaucoup plus longue durée, et de formation initiale, furent proposés aux jeunes Instituteurs recrutés en grand nombre sur la base du DEUG et assurant, alors, le remplacement des Maîtres Titulaires en stage.

- Les balbutiements.

C'est alors que se nouèrent les premiers balbutiements de ce qui pourrait devenir une création tout à fait originale pour notre région.
Depuis quelques années déjà, une ancienne salle de classe avait été transformée en bibliothèque, puis était devenue une Salle des Professeurs, pour se muer enfin en une sorte d'unité administrative regroupant le bureau d'un Inspecteur, son secrétariat et une salle de réunions permettant aussi l'accueil des nombreux Intervenants de passage.
(L'animation des différents stages faisait appel à un grand nombre de Spécialistes, non seulement dans les disciplines académiques mais aussi dans l'approche des grands problèmes en relation avec les thèmes pris en compte dans les orientations nouvelles).

À partir de quelques éléments sauvegardés lors de "rangements", de quelques manuels anciens trouvés çà et là, et des fonds de caves de l'Ecole du Boulevard Daddah, une petite exposition permanente a été installée dans la salle de réunion pompeusement baptisée par certains, le Musée.
Il s'agissait d'évoquer par la vue de ces quelques objets, les premières démarches de l'Ecole Publique, à travers ses représentations toujours très présentes sinon très vivantes.
Cela permettait aussi de comparer les différents supports, de décrire certaines pratiques et d'illustrer l'évolution des méthodes, certes de manière très succincte.
Puis des apports de mobiliers sont venus étoffer ces premiers éléments et le mouvement créé, sans être vraiment ébruité et répandu, n'a cessé de s'étoffer.

À l'heure actuelle et alors que "Mémoire d'Ecole" n'est plus inconnue l'Association accueille parfois de vieux souvenirs de famille ou des pièces plus connues, que l'on ne veut pas voir disparaître...